Mes premiers emplois, mes premiers dollars en poche

C’est durant mon été 1979, Je devais alors avoir entre 11 et 12 ans quand j’ai flirté pour les premières fois avec les touts premiers dollars gagnés par l’accomplissement de tâches tels que Lawnboy, jardinier parfois chez un oncle et parfois chez une tante ayants de vaste terrains à entretenir.

Rapidement, j’ai aimé cette sensation d’être récompensé de mes efforts par un salaire. Tout aussi rapidement, je recherchait plus de responsabilités tout en sachant que je serait alors mieux rémunéré, je me alors façonné des routes de journaux,m pour lesquels je devait non seulement parcourir de longues distances, en trimbalant d’immenses et surtout lourdes poches de toile, afin de distribuer des circulaires et des quotidiens imprimés (La Presse, il me semble!) pour ensuite une fois semaine, refaire ce même trajet afin de collecter ma clientèle!

Puis encore vite fait, ma réputation de p’tit gars travaillant et à son affaire, me permettait de décrocher en extra, de petits contrats de ménage, par ici et par là… en effet, j’assistait mes clientes dans leurs entretien de vitres, de murs, de planchers… Je faisait le grand ménage du printemps!

Puis, avant même l’âge légal de 16 ans pour travailler… déclaré, j’ai déniché des jobs parmi les commerces aillant appartenu à ma famille! Plongeur, Cuisinier, Rôtisseur ont entre autres, faits partie de mes emplois d’été, de soir et de week-end.

Ensuite, dès lors âgé de 16 ans… toujours de soir comme de fin de semaine et ce, jusqu’à la fin de mon CEGEP, j’ai roulé ma bosse en travaillant pour des centres de rénovations, pour des dépanneurs, pour des entrepreneurs du domaine de la construction en tant que manœuvre et dans des entrepôts à préparer des commandes.

J’ai aussi à une certaine époque, conduit une cantine-mobile… assurant la ponctualité de celle-ci, je devait livrer et vendre à temps, les produits de consommation aux travailleurs sur ma route… Je devait aussi en assurer son approvisionnement.

Puis, au début des années 1980, la vie à la grande ville m’attire et c’est alors que je me déniche une “vraie job”, dans une tour à bureau, sur la rue McGill… une agence de ventes et de marketing Lyonnaise, nouvellement installé à Montréal dans le bût de développé un marché nord américain, Créatel FORCE PLUS alors dirigé par un certain Paul Cheucle, que je rencontre et s’empresse rapidement a m’offrir ma chance en m’embauchant afin de le représenter et me permet d’offrir une service accéléré de ventes tierce additionnelle à la géante Poste Canada, qui tant aussi bien que mal… de promouvoir à l’échelle du pays, de nouveaux produits de distribution postal.

Outre son agilité à m’enseigner comment user du téléphone lors de la prospection de nouveaux clients, Monsieur Cheucle utilise aussi, un ordinateur portable et fait rouler deux logiciels sans pour autant étrangler la puissance de sa machine. Parfois ce dernier, me confit son appareil pour que je puisse me familiariser avec des logiciels tels Lotus 1,2,3 et FrameWork et y entrer des valeurs qui seront calculés sans l’aide d’une calculatrice pour être ensuite emmagasinées et être réutilisées plus tard… Hum, je suis tout simplement abasourdis par cette technologies. C’est alors que mon intérêt pour les ordinateurs m’apparut! Merci Paul pour m’avoir captivé et très sincères salutations si un jour tu lis ceci de la ou tu es maintenant, de même qu’à vous consœurs Hélène, Patricia et Christine, qui m’ont appris entre autres, à ne jamais utiliser en affaires le mot “Problème” mais en le substituant par les mots “Solution” ou “Opportunité”!